Chaque jour je n'oublie pas Anne-Sophie et ses compagnes d'infortune

145 en 2010 ; 122 en 2011 ; 148 en 2012 ; 121 en 2013 ; 118 en 2014 ; 122 en 2015

(clic sur le lien pour comprendre ... un peu)

dimanche 22 janvier 2017

Fadosi continue ici

Billet d'accueil

pour accéder au contenu complet des articles présentés en résumé il suffit de cliquer sur le titre de l'article ou le lien Plus d'infos » 
Profitez des instants de la vie :
le temps s'écoule à sa cadence,
trop vite ou trop lentement,
sans retour possible
Pourquoi Fadosi ?

Dernier message du visiteur, pour Mil et Une

La suite de mon précédent texte pour miletune, en réponse au commentaire de Mony sur cette plateforme d'écriture

Vendredi 20 janvier 2017, 11:15

chère Mony

vous permettez cette familiarité ? Il semble que l'on commençait le courrier ainsi de votre temps où l'on écrivait encore sur du papier et où l'on s'envoyait des lettres par la poste.
Ceci est plutôt une bouteille à la mer car ma mission va prendre fin.
Je suis présentement en instance d'un vaisseau me ramenant au bercail (c'est comme ça que vous appelez votre domicile, n'est-ce pas ?) dans le vide sidéral grâce à la sortie de votre spationaute français. Je m'étais embarqué incognito avec lui dans l'espoir fou qu'il finirait par décoder mes messages. En vain.
Les temps à venir sur votre planète ne présagent guère de jours meilleurs et si d'aventure un humain perçait mon mystère, il semble que je serais en trop grand danger au regard des enjeux.
Vos civilisations, si tant est que l'on puisse utiliser ce vocable, ne sont décidément pas encore, loin s'en faut, capables de bénéficier des bienfaits des nôtres.
Un jour peut-être, dans dix puissance dix milliards de milliards de vos années, si vous survivez à vos bêtises.
Bien à vous
Agent Fadosi note n°1860, 20/01/2017, 11:20

ps : Quand cette note sera déchiffrée, sans doute pas par des humains qui auront disparu, qui sait si elle sera la nouvelle mascotte de leur espèce, telle votre pierre de rosette, ou au contraire un papier collant qui perdra son inventeur, telle une pierre maudite.

Jeanne Fadosi,, vendredi 20 janvier 2017
pour miletune  image 2017-03


image Th. Pesquet - source : clic






samedi 21 janvier 2017

Le visiteur, pour Mil et Une

Pour miletuneVoir ou non l'image support du jeu d'écriture avant de lire bla, bla, bla*
Pour l'image de la  semaine 03/2017  où la contrainte supplémentaire et facultative est d'insérer le mot  mascotte.
A partir d'un texte écrit pour un défi des croqueurs de mots

Le visiteur

Le temps n'est pas venu de vous dire de quelle étoile j'arrive. Victor Hugo en contait des milliers rien que dans La voie lactée !
Je viens tout juste d'atterrir et vous allez bénéficier en bonus (1) de la première page de mon journal de voyage, si toutefois la traduction automatique fonctionne. J'espère que ma pensée ne sera pas trop sommairement réduite ni trahie. Nos aptitudes à penser et concevoir les mondes sont tellement plus complexes et élaborées que vos rudiments, (que dire des terriens ! mais chut !) alors même que nous n'en sommes qu'au début de la connaissance.
ps : aucun risque que mon journal soit lu par des terriens, ils leur faudra encore du temps pour trouver ma pierre de rosette, s'ils y arrivent.
(1) bonus Clic --->
Ma mission : mission fadosi, XYZ
Destination la terre n°@3700TPZ, voie lactée, galaxie n°codé
en immersion totale pour observation des êtres humains
libre choix des moyens
Seules obligations, absolues : ne pas se faire démasquer, ni capturer.
Ne pas se poser de questions sur le sens de la mission. 
Dimanche 18 décembre 2011, 19 heures sur 24

Je suis parvenu à destination après exactement 23 jours 13 heures 19 minutes et 3 secondes dans un métro parisien bondé ... J'ai dû me coller au plafond pour ne pas être piétiné.
Il pleut tout le temps et l'on n'aperçoit aucune étoile pas même leur lune ou leur soleil.
Je n'ai pas encore trouvé la lumière, ils en ont beaucoup, utiles ou non, mais ils la fabriquent.  Attendons ...
Mes premières observations éveillent mon intérêt sur cet objet d'études :
Les êtres humains ne sont certes pas les plus doués de leur planète et encore moins des univers, mais ils le croient ! Plus étrange encore, chacun croit faire partie d'une catégorie supérieure aux autres.
Dans chaque catégorie, les uns se croient supérieurs, d'autres leur font allégeance, d'autres le contestent.
Impossible de passer inaperçu en se glissant dans la vie d'un humain. Il arrive toujours une circonstance où l'on est l'autre, le différent, l'étrange étranger, plus sûrement encore qu'en restant extra-terrestre, ils en ont même fait une mascotte E.T., encore que ...
De ma position hors champs, je vais pouvoir explorer les ressorts de ces comportements qui m'intriguent. Pour le moment, je n'y vois que l’arbitraire le plus total.
Agent Fadosi, note n°1 19h28
Jeanne Fadosi,, actualisation du 19 janvier 2017
pour miletune  image 2017-03

* Les mots lus ne sont jamais tout à fait les mêmes que les mots écrits, y compris quand ils sont relus par leur auteur. Les mots impulsés par une image échappent eux aussi, et c'est tant mieux, à un seul déterminisme bi-univoque. Mais il n'est pas gratuit de lire sans voir l'image, ou en l'ayant vu ou en la voyant. Quel que soit votre choix, découvrir l'image support avant ou après, vous ne pourrez remonter le temps pour comparer les expériences.
Le choix de l'une interdit les autres.

jeudi 19 janvier 2017

Pater Noster, de Jacques Prévert

Lilou à la barre du défi n°178 des CROQUEURS DE MOTS nous invite à nous faire sourire, voire rire, en se laissant inspirer par des paroles  de gens à qui on donne rarement la parole, à propos d'un paradis parfait sans chips et autres choses d'en bas. Jeudi poésies libres.
Je continue ces jeudis avec Jacques Prévert évoqué dans le défi précédent clic :
"Notre père qui êtes aux cieux
Restez-y"
Ses deux vers me trottent dans la tête. J'ai du les penser très fort car j'avais déjà envie de les mettre en ligne pour les avoir entendu  il y a peu.

PATER NOSTER

Notre Père qui êtes au cieux
Restez-y
Et nous nous resterons sur la terre
Qui est quelquefois si jolie
Avec ses mystères de New York
Et puis ses mystères de Paris
Qui valent bien celui de la Trinité
Avec son petit canal de l'Ourcq
Sa grande muraille de Chine
Sa rivière de Morlaix
Ses bêtises de Cambrai
Avec son océan Pacifique
Et ses deux bassins aux Tuileries
Avec ses bons enfants et ses mauvais sujets
Avec toutes les merveilles du monde
Qui sont là
Simplement sur la terre
Offertes à tout le monde
Éparpillées
Émerveillées elles-mêmes d'être de telles merveilles
Et qui n'osent se l'avouer
Comme une jolie fille nue qui n'ose se montrer
Avec les épouvantables malheurs du monde
Qui sont légion
Avec leurs légionnaires
Avec leurs tortionnaires
Avec les maîtres de ce monde 
Les maîtres avec leurs prêtres leurs traîtres et leurs reîtres
Avec les saisons
Avec les années
Avec les jolies filles et avec les vieux cons
Avec la paille de la misère pourrissant dans l'acier des canons.

Jacques Prévert, Paroles (1945)

Bassin des Tuileries, film Lumière, 1896, durée 49s,
auteur inconnu,  clic

Jacques Prévert, poète et scénariste français, 1900 - 1977
Paroles, de Jacques Prévert, recueil publié en 1946 réunissant les textes de Prévert publiés dans des revues depuis 1930 et notamment clandestines pendant la guerre et compilés par des étudiants de Reims.
Lumière Louis, 1864 - 1948, et Auguste, 1862 - 1954, ingénieurs et industriels français dont le rôle est primordial dans l'histoire du cinéma et de la photographie.

mercredi 18 janvier 2017

Zénobe de Grenoble

Alors là, Jill, où l'as-tu déniché ce prénom-là ! Bon d'accord, c'est le prénom d'un scientifique bien connu en belgique (clic --->). Dans mon tour de France des provinces, d'un coup d'aile de Paris à Grenoble, envolons-nous un instant dans le Dauphiné, l'un des gisements de "la houille blanche" et plus généralement sans s'attarder aux frontières, survolons  le Massif Alpin.

Son grand-père sautait sur les galets
pour franchir du guet l'autre rive
ou prenait le train pour Hauterives
où habitait son frère cadet.
Ensemble ils bâtissaient des rêves
en admirant le Palais Idéal
de ce génial Facteur Cheval
sans oublier la science en rêve.
Il savait que la houille blanche
serait un trésor de ses vallées
sans se douter qu'elles seraient tant polluées.
C'est pourquoi il voulait dans sa branche
honorer un autre génial inventeur
avoir un filleul à son prénom de coeur.

Conscient de l'urgence
Zénobe chercheur écologue
oeuvre à la science pour tous

Scrutant les alpages au volant
d'un engin pas encore écolo

Le dimanche il apprend  à danser
le rigodon de son pépé







Histoire de Grenoble
Houille blanche et Energie hydroélectrique
Laboratoire d'Ecologie Alpine (écologie dans son sens scientifique)
Exposition internationale de la houille blanche et du tourisme, Grenoble, 1925
Hauterives
Ferdinand Cheval, 1836 - 1924, sculpteur-architecte et son Palais Idéal
Zénobe Gramme, 1826 - 1901, électricien et inventeur belge, notamment du premier générateur électrique puis de nombreuses améliorations dont le courant alternatif
Isère (la rivière)
Histoire du Dauphiné
Costumes du Dauphiné : La Picouline clic ---> ; La Delphinale clic --->
et si vous voulez apprendre le rigodon du Dauphiné clic --->

Sans oublier les spécialités culinaires  et aussi clic --->

La liste des prénoms chez Jill Bill (Jill Bill nous a déjà concocté une liste de prénoms pour la reprise de septembre) et Les liens du rassemblement
Avec un salut amical spécial à  Bigornette , 
Présidente d'honneur de La cour de récré de JB

dimanche 15 janvier 2017

Oyez ! défi n°178 annoncé lundi prochain 16 janvier chez Lilou

Chez les CROQUEURS DE MOTS c'est Lilou qui nous annonce qu'elle a saisi le bâton de relais  pour le lancement du défi  n°178. Inutile de cliquer sur le lien qu'elle y propose avant lundi : avant l'heure, c'est pas l'heure !
Lundi 10h du matin : Un peu de patience encore, il y a des impondérables et les conséquences de la météo sont sans doute de ceux-là

Alors qu'on se le dise et qu'on fasse circuler l'information

l'Endurance dans l'Antarctique, vers 1917

L'appel à cap'tains de quart volontaires tient toujours pour les défis suivants : lancez-vous aussi à l'eau (hmmm non ce n'est pas une bonne idée, restez plutôt bien solide sur le pont ou à la capitainerie) pour prendre votre tour de quart et proposer le sujet d'un défi. D'ailleurs je suis sûre qu'il y en a plein qui aimeraient mais n'osent pas . . .

Je vous fais aussi profiter de ma récap des défis des Croqueurs de 2016 (soyez patients pour les liens que je n'ai pas encore mis à jour ou complétés)

samedi 14 janvier 2017

Crépuscules

Pour le nid des mots de janvier pour abécé avec cette consigne :
Écrire le texte de votre choix en y incluant cinq mots imposés (crépuscule, erreur, poubelle, colline, baudruche)
Le ciel n'enflammera pas la colline ce jeudi soir d'hiver. Le crépuscule blême s'effiloche, cotonneux, sur le nuancier des gris, et pleure des larmes à grands seaux dans le vent glacé. La tempête jouera bientôt sa partition de l'autre côté des volets clos. Les trottoirs resteront vides et s'émailleront des reliques d’Éole en colère. Sortir les poubelles ce soir serait une erreur. Non, une faute ! Même si le ramassage des ordures n'a lieu ici que le vendredi.
Demain matin peut-être, avant le passage du camion-benne, j'affronterai le spectacle de la rue. Des branches et des pots de fleurs cassés, un parasol oublié emporté comme une baudruche
Je me surprendrai à rêver de ces douces soirées d'été où j'aurais pu poser ces quelque mots :
Dans le crépuscule
une baudruche comme par erreur
enfante une colline.

Dans le soir qui s'éternise
un sourd roulement de poubelles.

©Jeanne Fadosi, jeudi 12 janvier 2017,


vendredi 13 janvier 2017

Clairière

Pour l'herbier de poésie chez Adamante

Dans la jungle la plus impénétrable, dans la forêt la plus désolée, se trouve un château de conte de fées, un château oublié où dort depuis des siècles une princesse mendiante, sur tant de rêves et d'utopies perdues.
je sens ta main si menue
petite mandigotte
me conduire à ta clairière

©Jeanne Fadosi, mercredi 11 janvier 2017
pour l'herbier de poésie 62
à voir chez Adamante

Un dessin de Victor Hugo