Chaque jour je n'oublie pas Anne-Sophie et ses compagnes d'infortune

145 en 2010 ; 122 en 2011 ; 148 en 2012 ; 121 en 2013 ; 118 en 2014 ; 122 en 2015

(clic sur le lien pour comprendre ... un peu)

jeudi 11 mai 2017

Le chant des entrailles, de Jeanne Fadosi

Lénaïg à la barre du défi n° 186 des CROQUEURS DE MOTS nous invite à broder et gloser sur l'expression "La tête ailleurs" et nous laisse libre pour les jeudis poésie d'écrire ou de choisir le poème que nous voulons ou encore de nous appuyer sur les deux mots ici et ailleurs.
En cette semaine du 8 mai célébrant la fin d'une guerre particulièrement immonde, et dès ce moment-là la volonté de construire les bases de ce qui ne permettrait pas que cela advienne encore, il est plus que jamais important de s'en souvenir.
Alors je réédite ce texte que j'avais écrit pour miletune en septembre 2013 sur l'image du cimetière américain de Colleville sur mer dans le Calvados, près des plages du débarquement.

Jeudi prochain je rééditerai Osorezan, en écho au chant des entrailles

Le chant des entrailles

Il a les boucles flamboyantes de sa grand-mère et à travers elle celles de ses aïeux irlandais. Il a la peau cuivrée et les yeux noirs de son grand-père amérindien et à travers eux ceux de ses aïeux.
Elle l'avait emmené au plus près de la montagne sacrée. Au plus près c'était encore loin, une vaste zone interdite aux humains séparait la route du Mont des Ancêtres. Vaste désert d'où on les avait exproprié pour expérimenter le feu nucléaire.
Elle lui a dit, toi, tu iras écouter les vibrations de la terre dans le champ où repose ton grand-père. Entends les atomes des anciens. Rapporte-moi une parcelle de son chant. 
Dans l'herbe humide et parfumée d'embruns, au-dessus de la falaise en retrait de la mer, allez savoir pourquoi c'est La Grande Vague de  Kanagawa qui le submerge.
Allez savoir pourquoi ce sont ces mots qui tambourinent sous son crâne en une prosodie lancinante
Sendaï
Fukushima
Hiroshima
Nevada
Île du bonheur
Train de la peur
ou de la fortune
chant à la lune
L’île large
L’île longue
Longue pointe 
Nagasaki
Colleville
Tchernobyl
Ile des 3 miles
Three miles Island
Islande
Hokusaï
Sendaï
Jeanne Fadosi, pour Mil et Une, image semaine 39

La Grande Vague de Kawagana, estampe 25 x 37 cm de Katsushika Hokusaï, vers 1823-1829


Quelques liens pour aller plus loin :
Hokusaï, 1760 - 1849, peintre, dessinateur et auteur de textes japonais
Terres sacrées des Indiens, ouest des Etats-Unis
Colleville sur Mer (Cimetière américain)
l'Islande exporte son électricité ... (Développement durable)

Nb, j'aurais pu aussi, en petite lueur d'espoir ajouter Auroville (Inde) à La géo-électricité de l'Islande
voir aussi wikipedia-auroville.

11 commentaires:

  1. Je me souviens de cette photo défi Jeanne... une façon profonde de se recueillir sur la tombe d'un aïeul tombé au champ d'honneur, 14-18 ou 40-45 pauvres de ceux qui sont nés à ce moment-l, merci Jeanne, bises

    RépondreSupprimer
  2. Bravo Jeanne. Des mots et noms d'ailleurs dont certains rappellent la folie des hommes. Bisous.

    RépondreSupprimer
  3. Magnifique et émouvant Jeanne, j'aime !
    Bises et bon jeudi

    RépondreSupprimer
  4. Tu as bien fait de le rééditer, c'est un texte magnifique et une page à ne pas oublier.
    Merci, Jeanne.
    Bises et douce journée.

    RépondreSupprimer
  5. tu écris sur Colleville j'ai choisi Eluard et 1918... une autre guerre j'aurai pu trouver sur celle de 70
    à croire que les dernières jettent un voile sur les précédentes !

    RépondreSupprimer
  6. un très bel article qui vient du coeur ! plein d'émotion-
    bises et bonne fin de journée-

    RépondreSupprimer
  7. Bonjour Jeanne

    Une belle réédition , magnifique et émouvante.
    Comment oublier cette si triste période.
    bises bien amicales.

    Henri.

    RépondreSupprimer
  8. Très, très beau et émouvant, Jeanne ! J'♥ beaucoup ! Bonne soirée ! Bises♥

    RépondreSupprimer
  9. Bonjour Jeanne. Je suis très fière que tu réédites ton magnifique écrit pour mon jeudi en poésie. Bravo, merci beaucoup, gros bisous.

    RépondreSupprimer
  10. oui, une émouvante litanie. L'étonnante photo de la jeune fille qui communie avec le sol est de Daniel Blaise http://www.danielblaise.fr/
    Emma

    RépondreSupprimer