Chaque jour je n'oublie pas Anne-Sophie et ses compagnes d'infortune

145 en 2010 ; 122 en 2011 ; 148 en 2012 ; 121 en 2013 ; 118 en 2014 ; 122 en 2015, combien en 2016 ?

(clic sur le lien pour comprendre ... un peu)

vendredi 17 novembre 2017

Fadosi continue ici

Billet d'accueil

pour accéder au contenu complet des articles présentés en résumé il suffit de cliquer sur le titre de l'article ou le lien Plus d'infos » 
Profitez des instants de la vie :
le temps s'écoule à sa cadence,
trop vite ou trop lentement,
sans retour possible
Pourquoi Fadosi ?

Visage, visages

Pour la page 90 de l'Herbier de poésies sur une image proposée par Adamante


L'eau bleue sur le sable
dessine le visage
d'une antique statue maya

Elle a le profil égyptien
au pays d'autres pyramides
le front bombé
l'oeil amusé ou las.

Que dit-elle si fort ?
est-ce son souffle
ou sa colère ?

la mouche en coeur
insolante
sur son nez
l'agace.

Un minuscule papillon blanc
de ses ailes froisse
sa matière grise.
Là siège non seulement les limbes de la raison mais aussi toutes les émotions, le berceau des sentiments, l'origine du vivre ensemble.
©Jeanne Fadosi, mercredi 15 novembre 2017
à découvrir avec les autres brins sur la ou les pages 91 de L'Herbier

image pour l'herbier 91, sans titre

Exposition "Maya de l'aube au crépuscule",
Musée du Quai Branly 2011



jeudi 16 novembre 2017

J'écris avec l'encre, de Germaine Beaumont

Josette à la barre du défi n°195 des CROQUEURS DE MOTS nous dit
pour "jeudi poésie" les 16 et 23 novembre je vous propose des couleurs...choisissez la votre !
J'aurais pu avec Rimbaud, décliner les voyelles en couleurs, j'espère que d'autres croqueurs le feront. J'aurais pu rééditer la charmante comptine des crayons de couleurs.


J'écris avec l'encre

J'écris avec l'encre noire, les chagrins de tous les jours,
Et leur trame sans histoire, et leur éternel retour...
J'écris le deuil des saisons et le mal de la raison,
Et le jour près de s'éteindre.

J'écris avec l'encre verte un jardin que je connais
J'écris les feuilles de l'herbe que le printemps remuait...
J'écris la lumière douce des chemins de mon pays...

Avec l'encre violette, j'écris les soirs de bruyère
Sur les terres désolées et j'écris les âmes fières
De n'être pas consolées

J'écris avec l'encre rouge tous les feux qui m'ont brûlée
Et tous les rubis qui bougent dans le fond des cheminées,
Et le soleil qui se couche sur ses plus longues journées,
Et toutes les roses qui sur la mer s'en sont allées.

J'écris avec l'encre bleue le vol du geai dans les bois
J'écris la mer un dimanche et sa frissonnante voix.

Germaine Beaumont, 1890 - 1983



mercredi 15 novembre 2017

la corneille de Saint-Corneille

Pour ce prénom du mercredi qui porte le nom d'un oiseau, je renouerai avec le fil conducteur de la récré à Bigornette tout en faisant étape dans une province de France riche d'Histoire. la grande, pas toujours reluisante et plus précisément à Compiègne, ville impériale et dans la clairière de Rethondes.

Corneille
sur sa corniche de pierre
veille 
sur les livres de Pierre
les vers du grand Corneille
que tiraille la vengeance
"Rodrigue as-tu du coeur ?"
A quelques encablures d'ailes
corneille s'envole
et veille
sur l'espoir de la paix
restée depuis en chantier.

Le wagon
symbole d'affront
à la mémoire assassinée
par un excité au bras levé
disant venger
son (?) pays humilié
et par un maréchal effondré
ayant perdu sa dignité
et sa liberté de penser.
"Ô rage ! ô désespoir ! ô vieillesse ennemie !
N’ai-je donc tant vécu que pour cette infamie ?
Et ne suis-je blanchi dans les travaux guerriers
Que pour voir en un jour flétrir tant de lauriers ?"
un vingt-deux juin quarante
la signature infâmante
d'un vieillard sans états d'âme
pour le diable vendait son âme
livrant la France à des vainqueurs
menés par un dictateur
mettant l'Europe aux abois
à sa botte au pas de l'oie.

le wagon est redevenu musée 
en même temps que mémorial
immémorial
pour ne jamais oublier

Compiègne depuis la bibliothèque Saint Corneille

* Le Cid, tragi-comédie, 1637 (puis tragédie dans sa version définitive, 1661) célèbre de Pierre Corneille, 
Pierre Corneille, dit "le Grand Corneille", 1606 - 1684, dramaturge et poète français
Compiègne, sous-préfecture du département de l'Oise (60), région Hauts de France, ancienne province de l'Isle de France, à la limite des pays du Valois et du Soissonnais
Abbaye Saint-Corneille de Compiègne. après restauration, elle abrite depuis 2007 la bibliothèque Saint-Corneille, l'une des trois bibliothèques municipales de Compiègne.
La clairière de l'armistice ou clairière de Rethondes, clairière ou se situait le wagon dans lequel ont été signés les armistices du 11 novembre 1918 et du 22 juin 1940

pour ne pas perdre nos habitudes gourmandes : quelques spécialités culinaires de l'Oise


dimanche 12 novembre 2017

Oyez les Croqueurs ! Défi n°195 en partance chez ??? ... chez Josette

Dimanche je programmais

Ohé Matelots, Capitaine Domi a confié la barre de la goélette des Croqueurs de Mots à Lénaïg à sa demande pour le défi 194. Alors je me pose la question, qui va tenir la barre du défi n°195 ? Josette, comme l'a suggéré Domi en septembre Clic---> ou on décale tout d'une quinzaine et c'est Domi qui s'y colle ?

C'est bien Josette qui tient la barre du défi n°195 et quelle barre ! de quoi découvrir lundi prochain des petits textes fort différents les uns des autres.


samedi 11 novembre 2017

Douceurs d'enfance

Le thème de novembre du Nid des mots à publier le samedi 11 novembre est "Caramels mous"

caramels d'enfance
se rappellent au souvenir
de mes dents gâtées

Je n'en ai pas abusé
C'est le fait d'autres carences.

C'est peu poétique
et balaie la nostalgie
de le dire ainsi,

Ou la piqure de rappel
des jeudi au cinéma*.


*Allusion à la délicieuse chanson d'Annie Cordy, bonbons caramels esquimaux chocolats, 1953. Il est peut-être aussi utile de préciser aux plus jeunes que en France c'est en 1972 que le jeudi de récréation des écoliers a été remplacé par le mercredi (pour info un article bien documenté Clic --->)








vendredi 10 novembre 2017

Espoir ?

Pour la page 90 de l'Herbier de poésies sur une image proposée par Jamadrou avec ces mots :
La trame d'une histoire ?
C'est drôle, c'est funny,
un patch work de points de croix.
Bizarre et joyeux.
Comme si chaque carré était ajouté par un brodeur passant l'ouvrage de main en main, à une ou un autre et un ou une autre encore. Sans plan d'ensemble.
Pourtant les couleurs,
pourtant cette mosaïque
créent une harmonie
Résisteront-elles ensemble
au patient désassemblage
de Pénélope remontant les aiguilles du temps dans le silence et la solitude de la nuit. Ce temps inexorable ne ramènera pas Ulysse. Elle sait que les fins heureuses n'existent que dans les légendes.
Pourtant rien ne musèle
ses lèvres et le chant d'espoir
de la nuit des temps
surgissant à chaque fois
qu'il faut se lever aussi*.
©Jeanne Fadosi, mercredi 8 novembre 2017
à découvrir avec les autres brins sur la ou les pages 90 de L'Herbier

photo et ouvrage de Jamadrou


* allusion à la chanson de Bernard Lavilliers et Jeanne Cheral, L'espoir, album 5 minutes au paradis, 2017 Clic --->
Cette chanson est un hommage au poème de Paul Eluard, Liberté Clic --->

jeudi 9 novembre 2017

Signe, de Guillaume Apollinaire

Lénaïg a lancé le défi n°194 des CROQUEURS DE MOTS sous le signe du cygne et ces deux mots homonymes comme fils possibles des jeudis poésies.
Et comme je n'ai pas su choisir après Le cygne, de Sully-Prudhomme, voici réédité et de saison, Signe, de Guillaume Apollinaire

Signe
Je suis soumis au Chef du Signe de l'Automne
Partant j'aime les fruits je déteste les fleurs
Je regrette chacun des baisers que je donne
Tel un noyer gaulé dit au vent ses douleurs

Mon Automne éternelle ô ma saison mentale
Les mains des amantes d'antan jonchent ton sol
Une épouse me suit c'est mon ombre fatale
Les colombes ce soir prennent leur dernier vol
Guillaume Apollinaire - Alcools, 1913





Guillaume Apollinaire, 1880 - 1918, poète français

Quelques pistes d'explications ICI ; ICI ;

Il serait éclairant de connaître la date exacte de rédaction de ce poème car Alcools, paru en 1913, est une compilation de ses premiers poèmes, dont l'écriture s'étale sur plusieurs années. Selon le contexte spatial et temporel en effet, la signification peut, au-delà de celle générale que l'on peut en faire, avoir un sens beaucoup plus précis.

Il a connu des histoires tumultueuses avec des femmes, dont Marie Laurencin. Mais il a aussi été emprisonné pendant une semaine en septembre 1911, pour avoir été soupçonné de complicité dans l'affaire du vol de la Joconde au Louvre, une de ses connaissances ayant dérobé des statuettes.

Le cygne, de Sully-Prudhomme

Lénaïg a lancé le défi n°194 des CROQUEURS DE MOTS sous le signe du cygne et ces deux mots homonymes comme fils possibles des jeudis poésies.
Et comme en bonne normande je n'ai pas trop envie de choisir, je choisis cette fois les deux, Le cygne, par Sully-Prudhomme  ci-dessous,  un poète que j'ai rappelé à votre mémoire récemment avec Le long du quai. 
J'aurais pu évoquer celui de Baudelaire adressé à Victor Hugo
et Signe, poème de Guillaume Apollinaire, que j'avais partagé avec les Croqueurs de mots en septembre 2013.

Le cygne

Sans bruit, sous le miroir des lacs profonds et calmes,
Le cygne chasse l'onde avec ses larges palmes,
Et glisse. Le duvet de ses flancs est pareil
A des neiges d'avril qui croulent au soleil ;
Mais, ferme et d'un blanc mat, vibrant sous le zéphire,
Sa grande aile l'entraîne ainsi qu'un lent navire.
Il dresse son beau col au-dessus des roseaux,
Le plonge, le promène allongé sur les eaux,
Le courbe gracieux comme un profil d'acanthe,
Et cache son bec noir dans sa gorge éclatante.
Tantôt le long des pins, séjour d'ombre et de paix,
Il serpente, et laissant les herbages épais
Traîner derrière lui comme une chevelure,
Il va d'une tardive et languissante allure ;
La grotte où le poète écoute ce qu'il sent,
Et la source qui pleure un éternel absent,
Lui plaisent : il y rôde ; une feuille de saule
En silence tombée effleure son épaule ;
Tantôt il pousse au large, et, loin du bois obscur,
Superbe, gouvernant du côté de l'azur,
Il choisit, pour fêter sa blancheur qu'il admire,
La place éblouissante où le soleil se mire.
Puis, quand les bords de l'eau ne se distinguent plus,
A l'heure où toute forme est un spectre confus,
Où l'horizon brunit, rayé d'un long trait rouge,
Alors que pas un jonc, pas un glaïeul ne bouge,
Que les rainettes font dans l'air serein leur bruit
Et que la luciole au clair de lune luit,
L'oiseau, dans le lac sombre, où sous lui se reflète
La splendeur d'une nuit lactée et violette,
Comme un vase d'argent parmi des diamants,
Dort, la tête sous l'aile, entre deux firmaments.
René-François SULLYPRUDHOMME, Les solitudes, 1867


SULLY PRUDHOMME, poète et écrivain français, 1839 - 1907

Villarceaux, château du bas

au bord de la Seine à Vernon

mercredi 8 novembre 2017

Sixtine des Gâtines

Fidèle à mon petit tour de France et de Navarre et quelquefois d'ailleurs avec les prénoms du mercredi de La cour de récré de JB je fais étape ...
mais pas au Vatican, même si j'aimerais admirer le plafond de Michel Ange, ni même en Avignon terre de papes en Occitanie il fut un temps.
Non, je vous invite à la table de Sixtine ... en Gâtinais.

Sixtine,
dès mâtines,
va à la cantine
beurrer ses tartines.

Elle est née
dans le Gâtinais*
riche de terres* qui ont donné
le bon miel du Gâtinais.

Une terre pas si gâtée* !
Prenez donc un peu de pâté
d'alouettes d'à côté
ou goûtez de ce feuilleté

de Pithiviers ou d'Orléans
ou cette part de flan
avec une pointe de safran ...
La cuisine c'est son talent !

Le soir Sixtine
jusqu'à la colline trottine
pour chanter une comptine
et cueillir des fruits d'églantine.

*Le Gâtinais, ancien comté et vaste région naturelle française à la croisée d'une partie du Loiret (45), de l'Essonne (91), de la Seine et Marne (77) et de l'Yonne(89)
*La gâtine ou les gastines, vastes terres en friche ou terres ruinées par les pillages et les batailles a donné son nom au Gâtinois puis au Gâtinais.
gâter, verbe transitif, mettre en mauvais état, endommager gravement, corrompre ...
safran du Gâtinais
miel du Gâtinais
pâté d'alouette de Pithiviers
pithiviers, gâteau feuilleté garni d'une crème d'amandes
Spécialités culinaires du Gâtinais


Avec un salut amical spécial à  Bigornette , 
Présidente d'honneur de La cour de récré de JB

lundi 6 novembre 2017

Défi n°194 : Signé Le Cygne

Lénaïg a lancé le défi n°194 des CROQUEURS DE MOTS sous le signe du cygne en apportant à la photo de sa coloc de blog une belle légende en prose ou en vers avec pour seule contrainte d'y inclure une citation parmi trois proposées.

photo d'Eliane Clic--->
C'est la danse des canards :
pour marcher au pas de l'oie
ne par faire comme moi
le vilain petit canard.
J'ai voulu prendre le large,
suivre la Martine au lac des cygnes
sans attendre le chant du cygne
et m'aventurer dans la marge.
Vous pensez "Ce n'est pas son genre".
sur le bas-côté je me range
moi le page à l'allure de roi.
Sur la route je me lance.
"Les difficultés commencent :
c'est le signe de la réussite."*

* Marcel Pagnol, Le schpountz, 1938
citation choisie parmi les trois proposées

La danse des canards, étonnant succès repris dans les fêtes des années 80 notamment les noces ou on sollicitait aussi les non danseurs pour faire une "chenille". Mon dernier souvenir sur ce "tube": avec les handicapés y compris en fauteuil roulant lors de la fête des 30 ans de leur association.

Pas de l'oie, pas cadencé de certains corps d'armée lors de défilés
A noter, la légion étrangère défile à un pas cadencé beaucoup plus lent (88 pas par minute au lieu de ??? info non trouvée) sur le boudin, marche officielle de ce régiment et les paroles actuelles datent de 1860 ou 1870. Trois hypothèses sur l'origine de ces paroles quelque peu ironiques pour les belges mais une constante, le boudin désigne le paquetage d'un légionnaire allusion à la forme en boudin du sac et la neutralité de la Belgique justifiant l'absence ou le renvoi des belges de la légion étrangère.
Un p'tit morceau de Boudin pour chasser de sa tête la danse des canards ? Clic --->

Le vilain petit canard est un célèbre conte de Hans Andersen, 1842

Vilhelm Pedersen, artiste danois, premier illustrateur de Andersen
Prendre le large, film de 2017 avec Sandrine Bonnaire en salles en ce moment Bande annonce ---> Je ne l'ai pas vu mais cela donne envie d'y aller.

Lamartine, Le lac, un des poèmes les plus célèbres du poète romantique, l'un des plus disséqué aussi en cours de français ou au bac.

Le Lac des cygnes, ballet de Tchaïkovski d'après une légende traditionnelle allemande.
J'ai eu le bonheur de voir celui monté par Noureev en 1984. Sublime ! en écouter un tout petit peu clic --->

Le chant du cygne est la plus belle chose réalisée par une personne peu avant sa mort
Il a inspiré un lied à Schubert allez un peu de nostalgie en l'écoutant par Nana Mouskouri
Sans oublier Le cygne ou La mort du cygne de Camille Saint Saens dans Le carnaval des animaux

Pas son genre est un film de 2014 tendre et cruel sur la rencontre entre une coiffeuse spontanée et gentille provinciale  et un professeur de philosophie, parisien bobo, "l’occasion pour le réalisateur Lucas Belvaux de se questionner sur les préjugés entre régions et sur les clivages sociaux."  bande annonce

Sur la route, est un roman de Jack Kerouac, 1957, un film, envisagé dès 1968 par Francis Ford Coppola a finalement été réalisé par le brésilien Walter Salles et produit par Coppola en 2012     bande annonce

jeudi 2 novembre 2017

Ponctuation ...

Lénaïg a lancé le défi n°194 des CROQUEURS DE MOTS sous le signe du cygne et ces deux mots homonymes comme fils possibles des jeudis poésies.
Ces jours autour de la Toussaint font caisse de résonance dans les medias. Certains en font la journée de leurs morts, d'autres qui apprivoisent l'absence et quelquefois le non-sens voient leur douleur, assagie par les années ou encore fragile d'une perte récente, se rebiffer sous ces tapages.
J'ai fait beaucoup de kilomètres pour aller mettre des fleurs dans des cimetières familiers. Mes pensées n'ont pas besoin d'un jour spécial mais cette période est un rituel. Et si je ne vais pas sur d'autres tombes, ce n'est pas que j'oublie celles et ceux qui y sont.
c'était au début de septembre 2010 et j'avais écrit ce poème pour L'île de Lilie qui pilotait un défi des croqueurs avec cette jolie consigne :

"Ecrire un joli conte sur les signes qui sont la respiration des phrases et du sens"

En ce temps où l'on venait de porter en terre ma petite nièce sans que j'ai même pu y aller j'écrivais :

Pas vraiment d'inspiration en ce moment, toutes mes pensées tournent en bouclent et reviennent sur le sens et le non sens de ce qui vient de s'achever.

Alors juste cette banalité,

La vie est une parenthèse
qui s'ouvre en points d'exclamation,
et se décline en paragraphes
ponctués de points à la ligne.
de points-virgules ;; au fil du temps,
en d'autres points de suspension ...
quand le silence remplace les mots.

Elle accepte d'autres parenthèses,
pourvu que le chemin soit droit.
La ligne tantôt droite ou courbe,

la route plus ou moins fluide,
reste une succession de points,
la durée liant les instants.

Elle s'achève souvent bien tôt,
d'un autre point d'exclamation !
sidéré d'effroi celui-ci,
bien différent des tout premiers,
qui étaient d'avenir, de joie. 

Pour certains c'est le point final
d'une froide pierre tombale,
Pour ceux qui sont dans la croyance
d'un paradis et d'un enfer,
ce sont des points de suspension ...
qui s'ouvrent sur un infini. 

Sans croyance d'un rien ou d'un tout,
pour tous les autres  dont je suis,
dans l'humble hésitation du doute,
une vie entre parenthèse
devient point d'interrogation.
          Jeanne Fadosi, dimanche 5 septembre 2010, modifié mardi 1er novembre 2017




mercredi 1 novembre 2017

Toussaint, le doux du Doubs

Avec lui c'était l'ouverture. Sa vie est toute une aventure qui se termine sur la dure dans une geôle du Doubs. Voilà qui m'amène dans l'un des départements du Jura pour retrouver les traces de cet homme emblème de la lutte contre l'esclavage des noirs aux Amériques et dans des lieux qui honorent sa mémoire et ou osent regarder ce que fut l'esclavage : dans un square de Nantes, sur un quai face à Bordeaux, au Panthéon de Paris, à Lorient, Allada au bénin, à l'aéroport international Toussaint Louverture de Port-au-Prince de Haïti, ou au fronton d'écoles ou de lycées.

Toussaint n'était pas un doux
C'est à la tête d'une armée
qu'il a lutté pour la liberté
et défait les anglais un mois d'août.

Il ne tendit pas l'autre joue
quand on l'amena fers aux pieds
des Caraïbes à Pontarlier
jusqu'à la forteresse de Joux.

Pensait-il à ses frères esclaves
à leurs galères ou aux épaves
quand il a accosté à Nantes ?

Ou aux ancêtres du Bénin
à leurs départs cap-verdiens ?
à son île indépendante ?


« En me renversant, on n'a abattu à Saint-Domingue que le tronc de l'arbre de la liberté, mais il repoussera car ses racines sont profondes et nombreuses ». Ces mots sont ceux qu’aurait prononcés Toussaint Louverture, le 7 juin 1802, à l'instant de monter sur le navire Le Héros qui le déporte en France avec sa famille. (source wikipedia, voir note ci-dessous)

Toussaint Louverture, 1743 - 1803, homme politique français, descendant d'esclaves noirs, l'une des grandes figures historiques des mouvements anticolonialistes, abolitionnistes et d'émancipation des noirs.
Chef de la révolution haïtienne (1791-1802) il a été défait en 1802 et déporté dans le Doubs où il mourut en 1803 des rigueurs de l'hiver et de l'emprisonnement, n'a pas vécu assez longtemps pour apprendre la proclamation de l'indépendance d'Haïti et l'institution de la 1ère république par son ancien lieutenant Jean-Jacques Dessalines le 1er janvier 1804.

buste de Toussaint Louverture
offert par Haïti pour le bicentenaire de sa mort
licence Creative Common CC BY-SA 4.0
source wikimedia



Fort de Joux, La Cluse et Mijoux, département du Doubs,  du Jura, région Bourgogne-Franche Comté, ancienne province de Franche Comté ou Franche Comté de Bourgogne, comté franc du Duché de Bourgogne ou du royaume de France selon les périodes de l'Histoire.





La liste des prénoms chez Jill Bill et Les liens du rassemblement
Avec un salut amical spécial à  Bigornette , 
Présidente d'honneur de La cour de récré de JB

vendredi 27 octobre 2017

Sur les ailes du vent

Pour la page 89 de l'Herbier de poésies sans image et avec la suggestion de parler du vent dans tous ses états.

Sur les ailes du vent
deux colombes en réunion
commentent le monde

Les feuilles murmurent au vent
pour que monte le chant de l'arbre.

Fermons les yeux, imaginons. Un autre monde est-il possible ?

©Jeanne Fadosi, jeudi 26 octobre 2017
à découvrir avec les autres brins sur la page 89 de L'Herbier



échos de blogueuses (rs) :
 j'y vois une transhumance de fantômes pour les îles enchantées des vacances.  
de JB 
Comme un petit dessin vaut mieux qu'un grand discours, voici ce que j'ai vu de Quichottine :

Mon commentaire de l'époque :
En rejoignant toutes les ailes du vent, je crois que les bibliothèques ne seraient pas assez grandes pour les accueillir.


Cri

Juste pour des mots jetés en note dans mon téléphone pour ne pas les oublier, les mots mais surtout elles, eux ...

Cri

Quand la vue se trouble
Refusant leur liberté
Je leur crie fraternité

Quand les temps se brouillent
Au mille feuilles de l'Histoire
C'est l'émiettement du sens

A en perdre la raison
Comme disait une chanson
Qui parlait d'aimer
Jeanne Fadosi, 14 avril 2016, 15 heures

variation sur Le cri de Munch
image de pixabay gratuit
CC0 Creative Commons

Jean Ferrat Aimer à perdre la raison
live 1980, chanson de 1971

Jean Ferrat, 1830 - 2010, auteur-compositeur-interprète de chansons à texte tour à tour sentimentales poétiques et engagées. Il a notamment mis en musique le poète Louis Aragon.
Liste des chansons de Jean Ferrat (musique ou paroles et musique)