Chaque jour je n'oublie pas Anne-Sophie et ses compagnes d'infortune

145 en 2010 ; 122 en 2011 ; 148 en 2012 ; 121 en 2013 ; 118 en 2014 ; 122 en 2015, combien en 2016 ?

(clic sur le lien pour comprendre ... un peu)

vendredi 28 avril 2017

La mendigote

Pour l'herbier de poésie 76 de  l'Herbier de poésies


Oubliée l'âpreté
de sa vie de mendigote
Caresse du soleil

Se connecter au grand tout
rêver aux illusions perdues

©Jeanne Fadosi,mardi 25 avril 2017
pour l'herbier de poésie 76 
à voir sur la page 76 de l'Herbier

La vendeuse de fleurs  Georgios Jakobides

13 commentaires:

  1. Pauvre gamine et dire que dans le tiers monde les enfants sont encore à travailler plutôt que d'aller à l'école... Merci Jeanne, bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. tu sais Jill, je l'ai croisé en sortant du métro en face du jardin du Luxembourg à Paris, et elle vendait des jonquilles. Je n'ai pas osé la photographier.
      bises

      Supprimer
  2. Tres sensitifs le tableau et ton tanka. J'aime. Beau week-end et à lundi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. merci toi aussi. J'ai besoin de retrouver une meilleure forme

      Supprimer
  3. Belle méditation.
    Pourquoi ai-je l'impression que son panier est empli de ses rêves ?

    RépondreSupprimer
  4. De jolis mots pour cette mendigote...
    Bises et bon vendredi Jeanne

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. on en a tous croisé des petites marchandes de fleurs, jonquilles souvent au début du printemps non ?

      Supprimer
  5. Et voilà, tout est superbement dit.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. comme quoi le manque de temps et l'envie d'écrire quand même peut faire faire ...

      Supprimer
  6. Jeanne, une sobriété dans le texte qui rend le tableau encore plus émouvant
    (et qui répond vraiment aux exigence de l'Herbier: "des textes épurés qui reflètent l'instant dans sa simplicité fondamentale , nous devons tendre vers la plus grande sobriété." )

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. une sobriété qui me fait bien souvent défaut mais là il fallait que je fasse vite et je me suis imprégnée du tableau. Suggérer ... Un entraînement à l'écriture de presque 9 ans sur le blog maintenant

      Supprimer
  7. C'est un très beau poème, Jeanne.
    Tout y est...

    Passe une douce soirée. Bisous.

    RépondreSupprimer