Chaque jour je n'oublie pas Anne-Sophie et ses compagnes d'infortune

145 en 2010 ; 122 en 2011 ; 148 en 2012 ; 121 en 2013 ; 118 en 2014 ; 122 en 2015, 123 en 2016, combien en 2017 ?

(clic sur le lien pour comprendre ... un peu)

jeudi 4 janvier 2018

L'hiver, de Jehan-Rictus

Pendant la trêve des confiseurs qui n'est trêve que pour ceux qui sont à l'abri et dans le prolongement du défi n°197, voici un poème sur l'hiver que je viens de redécouvrir grâce au Web et aux partages que cette toile pas du tout virtuelle permet.

J'ai ouvert ce billet jeudi 28 décembre, entre deux dimanche-lundi de festivités
J'ai repris les strophes reprises dans l'article wikipedia plus deux autres. Difficile d'en extraire quelques couplets sans en tronquer l'ensemble. Je vous invite à lire le poème en son entier sur wikisource (en cliquant sur le titre), prenez votre temps. Il est assez long.

Merd' ! V'là l'Hiver et ses dur'tés,
V'là l'moment de n'pus s'mett' à poils :
V'là qu'ceuss' qui tienn't la queu' d'la poële
Dans l'Midi vont s'carapater !
V'là l'temps ousque jusqu'en Hanovre
Et d'Gibraltar au cap Gris-Nez,
Les Borgeois, l'soir, vont plaind' les Pauvres
Au coin du feu... après dîner !
(...)
Oh ! ça n’ s’ra pas comm’ les vidés
Qui, bien nourris, parl’nt de nos loques,
Ah ! faut qu’ j’écriv’ mes « Soliloques » ;
Moi aussi, j’en ai des Idées !
Je veux pus êt’ des Écrasés,
D’ la Mufflerie contemporaine ;
J’ vas dir’ les maux, les pleurs, les haines
D’ ceuss’ qui s’appell’nt « Civilisés » !
 (...)
Et qu'on m'tue ou qu'j'aille en prison,
J'm'en fous, je n'connais pus d'contraintes :
J'suis l'Homme Modern', qui pousse sa plainte
Et vous savez ben qu'j'ai raison !
Jehan-Rictus, L'hiver, 1894-95, Les soliloques du pauvre, 5e édition 1903

Jehan-Rictus, 1867 - 1933, poète français, proche des chansonniers





Vîrus - Jehan-rictus

résumé du rapport annuel 2016 de la fondation abbé Pierre sur les mal logés (info Le Monde)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire